Maladie du foie gras : lA NASH  quésako ?

Notre vie modernede plus en plus industrialisée, donne naissance à de nombreux problèmes de santé et à des maladies graves. Pourquoi ? Vous connaissez la réponse au fond de vous…Ce que nous mangeons n’a plus grand-chose de naturel, beaucoup de nos aliments sont transformés par l’homme et les machines. Le temps lointain de la cuisine « maison » de nos chères grand-mères est presque révolu ! Bienvenue dans l’ère des plats rapides, à réchauffer au micro-ondes, des viennoiseries grasses et sucrées et des yaourts qui n’en ont que le nom, riches en graisses et sucres…

Les arguments majeurs que nous entendons face à ce constat sont : « je n’ai pas le temps ! » et « oui mais si l’on fait attention à tout, on ne mange plus rien… ».

C’est faux, je répondrais à ces personnes que tout est une question de priorités. Ceux qui nous parlent du facteur temps, veulent le gagner pour le perdre devant des écrans…D’autant plus qu’une alimentation saine et fraîchement préparée n’est pas forcément synonyme de longues heures passées en cuisine. Il existe des recettes simples et savoureuses à réaliser qui peuvent être prêtes en un clin d’œil.

Ceux qui nous parlent du facteur prix, « le BIO c’est trop cher !», curieusement, ne bronchent pas lorsqu’ils achètent un téléphone dernier cri à 500€…

Que d’incohérences, n’est-ce pas ! Et si l’on prenait le temps de vivre, de cuisiner et de retourner au naturel !

A l’heure actuelle, si nous n’y prenons pas garde, les maladies germent, des fléaux tels que la NASH (stéatose hépatique non alcoolique) fleurissent. Cette maladie du foie arrive justement à cause de l’alimentation moderne riche en sucres et en graisses transformées, elle résulte d’une accumulation de triglycérides.Vous constaterez qu’à l’heure actuelle, les personnes alcooliques ne sont plus les seules cibles des maladies hépatiques. De plus, notre vie trop sédentaire, est à l’origine de nombreuses pathologies et d’un mal-être général, physique et mental.

mal-bouffe

Avec mo-dé-ra-tion ! votre foie vous le rendra

Qu’est ce que la NASH ?

Nous parlons ici d’un véritable fléau car un tiers des patients atteints de NASH meurt, par la suite, d’une maladie du foie. Cette pathologie peut avoir plusieurs origines : un mode de vie sédentaire, la suralimentation et les facteurs génétiques (1). C’est la maladie du foie « gras ». Votre foie fait face à un trop plein. L’alimentation moderne et son stock de publicités alléchantes a pour conséquences de nous gaver telles des oies de Noël ! Cette maladie hépatique a augmenté progressivement durant les 10 dernières années pour devenir la plus fréquente maladie hépatique au monde (alors que les autres demeurent au même stade).

un tiers des patients atteints de NASH meurt, par la suite, d’une maladie du foie.

De nombreux traitements sont étudiés avec attention pour venir à bout de la NASH, comme par exemple : les agents de perte de poids, les sensibilisateurs à l’insuline, les médicaments qui réduisent les lipides sanguins, les glucagon-mimétiques, les médicaments qui réduisent la fibrose, les bloqueurs et les médicaments censés réduire le stress réticulaire endoplasmique tels que la vitamine E, l’acide ursodésoxycholique, la S-adénosylméthionine, l’acide obéticholique et GFT505 (2).

Les causes le plus fréquentes de mort dues à la NASH sont cardiovasculaires. Il s’en suit également, assez souvent, une cirrhose du foie ou une fibrose hépatique. Il n’y a pas vraiment de symptômes à part de la fatigue ou une sensation de malaise. Si vous êtes en surpoids ou obèse, vous pouvez faire contrôler votre foie afin de savoir si vous êtes atteint de cette pathologie.

Il n’y a pas vraiment de symptômes à part de la fatigue ou une sensation de malaise

Quelles mesures prendre pour éviter la maladie ?

Selon les chercheurs, il s’agirait de réduire la masse pondérale de 7% à 10% par une combinaison d’exercices physiques et de régimes hypocaloriques. Il semble qu’un apport en vitamine E soit également recommandé (3).

L’activité physique pour aider son foie

Il paraîtrait que l’activité physique réduit le risque d’hyperglycémie à jeun, de diabète de type 2, de résistance à l’insuline, d’hypertension, de dyslipidémie et du syndrome métabolique, ce sont les principales causes de la NASH.

Des études sur des patients atteints par la maladie ont été menées et attestent de l’importance de l’exercice physique joint à la restriction calorique. Par exemple, les patients qui pouvaient effectuer un exercice de 150 à 300 min par semaine, pendant 16 semaines ont présenté une amélioration significative de leur stéatose hépatique.À cet égard, les exercices aérobics et d’endurance ont eu un impact positif sur la stéatose (4, 5). Evidement, nous savons que vous n’allez pas courir un marathon ou faire une séance intense d’aérobic immédiatement. Tout arrive progressivement…

sport

Comme disait Hanz; “en sport rien ne vaut la NASH”

L’alimentation pour préserver son foie

De nombreux médicaments sont étudiés actuellement, seulement, dans les faits, bon nombre d’entre eux possèdent des effets indésirables non négligeables. Nous savons que la base d’une bonne santé repose sur quelques points élémentaires, l’alimentation, le stress, l’activité physique, notre environnement et l’eau que nous buvons.

Contrairement aux idées reçues, nous pouvons agir sur tous ces facteurs.

Concernant la NASH, il s’agit surtout de se concentrer sur l’exercice physique et le mode d’alimentation afin de perdre du poids, et de faire « maigrir » notre foie. Tout dépendra du stade de votre maladie. Habituellement, si vous en souffrez c’est que vous êtes déjà arrivé à une surcharge pondérale importante.

Sachez qu’un français sur deux est en surpoids… Pas étonnant puisque le sucre est plus addictif que la cocaïne et qu’il se dissimule partout (même dans la sauce tomate et les carottes râpées…)

En effet, cela peut vous décourager de faire de l’exercice et de restreindre votre prise alimentaire. Arrivé à ce stade, vous n’avez plus le choix, il s’agit de survie et cela doit  représenter une motivation suffisante pour bouger et changer les choses ! L’essentiel sera de ne plus acheter d’aliments industriels, en êtes-vous capable ? Remplacez votre séance télévision ou réseaux sociaux par la confection d’un bon plat « maison » et, pourquoi pas, avec vos enfants ou petits enfants, ce qui resserre les liens familiaux !

nourriture saine

Elle est fraîche ma salade !

En pratique, je fais quoi, je mange quoi ?

Rassurez-vous, pas de marathon au programme pour vous aujourd’hui ! Commencez par vous fixer des objectifs. Prévoyez de marcher 30 minutes par jours, sollicitez vos jambes, pour aller au travail ou bien chercher vos enfants à l’école, toute occasion sera bonne à saisir. Evitez les ascenseurs et les escalators et, si vous êtes essoufflé, ralentissez la cadence mais faites-le tout de même ! Chaque jour, cela vous paraîtra plus aisé, promis ! Mais surtout soyez régulier dans vos efforts !

cuisiner

Remplacez votre séance télé par la confection d’un bon plat « maison » qui resserre les liens familiaux !

Concernant l’alimentation, il s’agit de ne plus consommer d’aliments sucrés, c’est simplement une question d’habitude. Si vous avez un besoin de sucré, favorisez les fruits, sous toutes les formes, investissez par exemple dans un extracteur de jus, faites des compotes, une fois par semaine une tarte aux fruits, mais ne vous resservez pas. Fuyez les mauvaises graisses, n’utilisez que des huiles saines comme l’huile d’olive, l’huile de coco, l’huile de colza ou de sésame, un peu de beurre sur vos tartines mais sans abus. Faites tout vous-même et vous verrez qu’au niveau du prix, de la saveur, de l’apport en nutriments de qualité et de votre poids, vous constaterez une grosse différence. En effet, bon nombre de plats, desserts et en-cas industriels sont beaucoup trop chargés en sucre, en gras et additifs. Si vous cuisinez, vous saurez exactement ce que vous consommez et pourrez réduire les quantités de sucre en conséquence. Les papilles s’habituent très vite et n’en réclameront très vite pas davantage. Par ailleurs, une légère privation vous fera apprécier mille fois plus vos aliments et petits écarts !

Références bibliographiques :

(1)   Lassailly G, Caiazzo R, Pattou F, Mathurin P, Perspectives sur le traitement de la stéato-hépatite non alcoolique, Gastroentérologie. 2016 juin; 150 (8): 1835-1848. doi: 10.1053 / j.gastro.2016.03.004. Epub 2016 Mar 10.

  • (***)Asad Dajani et Adnan AbuHammour, Traitement de la maladie du foie gras non alcoolique: où en sommes-nous? Un aperçu, Saudi J Gastroenterol . 2016 mars-avril; 22 (2): 91-105, doi: 4103 / 1319-3767.178527
  • Hung CK, Bodenheimer HC Jr, Traitement actuel de la maladie du foie gras non alcoolique / Stéatohépatite non alcoolique,Clin Liver Dis. 2018 février; 22 (1): 175-187. doi: 10.1016 / j.cld.2017.08.012. Epub 2017 Oct 21.
  • Lazo M, Solga SF, Horska A, Bonekamp S, Diehl AM, Brancati FL, et al. Sous-groupe du foie gras du groupe de recherche Look AHEAD. Effet d’une intervention intensive de 12 mois sur la stéatose hépatique chez les adultes atteints de diabète de type 2. Traitements diabétiques. 2010; 33 : 2156-63. [ Article gratuit PMC ] [ PubMed ]
  • Albu JB, Heilbronn LK, Kelley DE, Smith SR, Azuma K, Berk ES, et al. Regardez AHEAD Adipose Research Group. Changements métaboliques à la suite d’un régime alimentaire d’un an et de l’exercice chez des patients atteints de diabète de type 2. Diabète. 2010; 59 : 627-33. [ Article gratuit PMC ] [ PubMed ]

 

vous aimerez aussi

Pin It on Pinterest

Share This