Bronzer au prix de votre santé

 

C’est à l’arrivée de l’été que l’on commence à se poser des questions. Avouez-le, ça vous arrive à vous aussi, comment faire oublier une peau trop blanches ?

Et pour les femmes, c’est encore pire. Vous avez envie de porter des robes d’été et de mettre de côté les pantalons. Avec des jambes couleur de craie, c’est pratiquement mission impossible. C’est pourquoi il vous vient à l’esprit de vous tourner vers les autobronzants pour un teint hâlé.

Ces crèmes bronzantes, largement utilisés dans mon entourage pour un effet bonne mine m’ont décidé à en savoir plus sur ces mystérieux autobronzants qui donnent à tous et à toutes des allures de globe-trotters en pleine santé.

Averti par ma longue expérience dans le monde des cosmétiques, je lis avec la plus grande attention les ingrédients à l’arrière des flacons. Sur ce type de produits, la liste est souvent chargée. Justement, ce sont les longues listes que je vous déconseille, sauf si elles contiennent des extraits de fruits ou de plantes.

N’allez surtout pas déduire, que si un produit est mis sur le marché, c’est qu’il est bon pour vous, ça n’a aucun rapport.

En réalité, de nombreuses marques se permettent de « jouer » avec les réglementations afin de passer entre les mailles du filet législatif pour proposer un produit « acceptable » pour notre santé.

Mais que peut-il  y avoir de si mauvais dans les autobronzants ?

 

Ces produits sont commercialisés sous forme de lait corporel, de spray, de crème et même de lingettes imprégnées.

Les marques proposent une variété infinie de tubes, pots, flacons et sprays aux allures ensoleillées et aux promesses multiples. Elles garantissent une peau dorée, hydratée et parfois protégée des UV.  Que demander de plus ?

Ces autobronzants sont, en général, composés d’émulsifiants, de solvants, d’actifs hydratants, de vitamines et conservateurs en tous genres. Malheureusement, pour que ce soit plus « vendeur » (textures, senteurs, conservation…),  de nombreux produits chimiques y sont ajoutés.

Parfois même, les fabricants y introduisent un filtre solaire pour qu’en plus vous puissiez vous exposer au soleil et bronzer ! Ça pourrait être le produit idéal ! Et bien NON et vous allez voir pourquoi.

L’ingrédient « phare » utilisé dans la grande majorité des autobronzants est le DHA (dihydroxyacétone).  C’est ce DHA qui, au contact de votre épiderme, va provoquer une véritable réaction chimique et transformer les molécules de votre peau et la teinter. Ce DHA  s’est avéré être le composant le plus efficace dans la formulation de ce type de produits.

Les autres ingrédients ne font, pour la plupart, qu’office de figurants. C’est pourquoi je vais vous en dire un peu plus sur cette fameuse molécule.

Qu’est ce que le DHA ?

 

C’est un sucre simple parfaitement assimilé par notre épiderme. Le DHA brunit notre peau mais n’agit qu’à sa surface. L’exfoliation de votre peau éliminera donc toute coloration. Les autobronzants classiques en contiennent, en général, entre 3 et 6.5% (autrefois même jusqu’à 15%), ce qui est beaucoup  pour notre santé.

Alors n’agissant qu’en surface, pourquoi le DHA serait-il dangereux ?

DHA et produits chimiques : LES 6 DANGERS MAJEURS

 

Ces risques viennent de la façon d’utiliser ces produits et de leur composition. Autant vous dire que si vous suivez bien mes conseils, vous n’en courrez aucun.

Danger n°1 : Graves problèmes pulmonaires dus aux sprays

De nombreuses marques de cosmétiques vous les proposeront sous forme de spray. Cela peut paraitre pratique comme cela, à première vue, mais en fait le risque, c’est l’inhalation.

D’après le toxicologue et spécialiste des poumons, le Dr Rey Panettieri, l’inhalation de ce produit représente  un risque accru de souffrir d’asthme, de problèmes pulmonaires ou d’allergies. Cette inhalation pourrait même être à l’origine de certains cancers.

Ce mode d’application pourrait, par ailleurs, être responsable d’effets cytotoxiques, c’est à dire tuer des cellules saines (1).

Il s’avère que les pulvérisations en cabines (dans les centres de bronzage) ou chez vous, à l’aide d’un spray, sont fortement déconseillées par la Food and Drug Administration (FDA), c’est quand même l’organisme qui autorise la mise sur le marché des médicaments aux USA… (2)

ridée

L’autobronzant pour préparer sa peau au soleil … MAUVAISE IDEE !

Danger n°2 : Multiplication des radicaux libres

Le DHA n’est vraiment pas le produit idéal  pour nous faire rester jeunes et beaux.

Une étude de 2008 souligne que le DHA induit un stress oxydatif responsable du vieillissement prématuré de notre épiderme (4).

Une exposition solaire, suite à l’application du produit autobronzant, augmente de 180% la quantité de radicaux libres produits par l’organisme par rapport à une peau sans produit. Aië, aïe, aïe, dommage que  les radicaux libres contribuent à notre vieillissement prématuré !

Ceux-ci attaquent les structures cellulaires et endommagent les fibres d’élastine et de collagène nécessaires pour conserver une peau jeune et ferme.

Les méfaits de cette molécule ne s’arrêtent pas là. Le DHA freine la formation de la vitamine D, habituellement activée lors de l’exposition solaire. Elle est essentielle pour notre santé en général et pour nos os et nos dents en particulier (permet de fixer le calcium dans notre organisme).

Alors surtout, ne vous exposez pas au soleil pendant au moins 48h suite à l’application de votre autobronzant (4).

COUVERTURE4

Inscrivez-vous GRATUITEMENT

En cadeau un DOSSIER SPECIAL

 

Recevez en exclusivité encore plus de conseils, infos et astuces bien-être. Dès votre inscription nous vous offrons un dossier spécial nutrition sur une méthode que nous tenons à partager avec vous.

Le meilleur moment pour prendre soin de soi c’est…

MAINTENANT !

Felicitations ! Vous faites maintenant partie de la communauté DIXFOISMIEUX

Danger n°3 : Le DHA modifie votre ADN, ce n’est pas une blague !

La possibilité que le DHA soit génotoxique a été soulevée. La réaction de Maillard (modification de molécules) observée peut également se produire sur notre ADN et donc le modifier.

Modifier notre ADN ? C’est quand même énorme !  Les chercheurs ont observé des changements de formes sur les cellules traitées au DHA (5).

Cette découverte de taille les a poussés à s’interroger sur les conséquences d’une utilisation fréquente de ces produits.

adn

Certains composants n’épargnent pas notre ADN !

Danger n°4 : Croire que l’autobronzant protège votre peau du soleil = cancers et vieillissement

Lorsque vous vous exposez au soleil, votre corps synthétise de la mélanine. Ce sont des pigments bruns qui donnent à votre corps son aspect bronzé.

Cette mélanine offre également une protection naturelle face aux rayons UV du soleil. Alors exposez-vous de manière très progressive pour laisser le temps à votre organisme de renforcer ses protections.

En revanche, si vous n’avez pas pensé à prendre ces précautions, ALERTE ! Votre peau n’est pas protégée.

Prenez conscience que l’autobronzant ne constitue pas une protection pour votre peau, même si elle parait hâlée, elle reste dépourvue de mélanine. A ce stade, autobronzant ou pas, elle brûlera… et vous attraperez des coups de soleil aussi douloureux que dangereux.

Ayez bien à l’esprit que les coups de soleil creusent les rides et peuvent être à l’origine du développement de cancers de la peau.

Danger n°5 : Les nombreux produits chimiques

Les étiquettes doivent être lues même si elles ne sont pas très parlantes de prime abord !

Si vous tenez à utiliser un autobronzant au printemps, afin de « faire illusion » avant l’été, choisissez-le à moins de 5% de DHA et sous forme de crème ou de lait. Sinon, essayez de vous procurer un autobronzant sans DHA.

Je vous le conseille assez souvent, évitez le plus possible les produits chimiques et faites en sorte que  le DHA soit associé à des actifs végétaux efficaces et hydratants comme, par exemple, l’Aloé Véra.

Pour bien faire, associez-le à des actifs antioxydants et vitaminés  comme les vitamines A (béta-carotène) et E (tocophérol). Celles-ci sont idéales pour allier prévention et jeunesse de la peau.

Danger n°6 : Des produits nocifs dans votre organisme

C’est logique, une application corporelle ne comprendra pas de risques d’ingestion. Mais vous verrez qu’une application sur le visage, que ce soit sous forme de crème ou de spray, favorisera l’ingestion accidentelle.

Naturellement, si cela ne vous arrive qu’une seule fois, il n’y a nul besoin de vous alarmer. En revanche, si ces produits font l’objet d’une application régulière, prenez garde à ne pas y exposer vos lèvres ou vos yeux.

S’ils sont réputés sans danger en application externe, il n’en est pas de même pour vos muqueuses. C’est ce qu’en a conclu une étude récemment menée sur des cellules exposées au DHA  (3). D’autres études sont d’ailleurs en cours pour comprendre les réactions métaboliques occasionnées par le contact avec le DHA.

Alors autobronzant or not ?

 

Vous qui me lisez, soyez prudents lors de l’utilisation de votre crème magique !

  • Bannissez la version « sprayable » et, si vous souhaitez avoir bonne mine, évitez de déborder sur vos lèvres ou vos muqueuses.
  • Ne vous exposez pas au soleil durant 48 heures suite à l’application du produit.
  • Evitez d’en abuser, utilisez ces produits ponctuellement.
  • Procurez-vous un autobronzant contenant moins de 5% de DHA ou sans DHA
  • Evitez les substances toxiques comme le phénoxyéthanol et le formaldéhyde.

Si, tout de même, vous rêvez d’un teint lumineux et doré, de façon naturelle, voici des préparations qui ont fait leurs preuves et que vous pouvez réaliser chez vous !

Une huile vitaminée

Utilisée depuis l’antiquité pour ses bienfaits sur la santé, elle est aussi merveilleuse pour préparer la peau avant l’été de part sa haute teneur en béta-carotène et antioxydants. C’est l’huile d’argousier !

Une bonne huile végétale d’argousier sera très efficace additionnée à votre crème hydratante pour vous donner un teint lumineux.

Un bon tuyau : le thé

Pour un autobronzant naturel, vous pouvez utiliser du thé bien noir. Grace à ses tanins, il déposera une teinte halée sur votre peau trop blanche.

Il suffit de faire bouillir ¼ de litre d’eau et d’y plonger 2 grandes cuillérées à soupe de thé. Laissez ensuite infuser au moins 15 minutes. Filtrez et mettez dans un flacon. Laissez reposer 2 ou 3 jours avant utilisation. Ensuite badigeonnez votre corps ou votre visage avec cette infusion. Renouvelez l’opération régulièrement.

carotte

Laissez aller votre imagination ainsi que vos goûts et utilisez des fruits et légumes colorés (riches en bêta-carotène).

Donnez du tonus à votre organisme, préparez votre peau de l’intérieur !

Pour protéger votre peau du soleil, misez sur votre alimentation.

Afin de préparer votre peau aux rayons UV, rien ne vaudra un bon jus de carottes au petit déjeuner. Si vous n’en raffolez pas (comme moi, au début…), vous pourrez y ajouter une pomme ou bien les agrumes que vous affectionnez.

Pour ma part, j’aime beaucoup réaliser un mélange pomme, carottes, gingembre avec un peu de menthe. Laissez aller votre imagination ainsi que vos goûts et utilisez des fruits et légumes colorés (riches en bêta-carotène).

A vos extracteurs de jus, prêts, partez !

 

 

 

 

Références bibliographiques :

(1)    Smith KR, Granberry M, Tan MCB, Daniel CL, Gassman NR; La dihydroxyacétone induit un arrêt G2 / M et une mort cellulaire apoptotique dans les cellules de mélanome A375P ; Environ Toxicol.2018 Mar; 33 (3): 333-342.doi: 10.1002 / tox.22520.Epub 2017 29 novembre.

(2)    Braunberger TL, AF Nahhas, LM Katz, Sadrieh N, Lim HW ; Dihydroxyacétone: un examen ; J Drogues Dermatol.2018 1er avril; 17 (4): 387-391.

  • RosariaCiriminna, Dr. Alexandra Fidalgo, Prof. Laura M. Ilharco et Dr. Mario Pagliaro ; Dihydroxyacétone: un aperçu mis à jour d’un important bioproduit;ChimieOuvre2018 mars;7 (3): 233-236 ; Publié en ligne 2018 mar 6.doi: 10.1002 / open.201700201
  • Jung K, M Seifert, Herrling T, Fuchs J. ; Radicaux libres générés par les UV (FR) dans la peau: leur prévention par les filtres solaires et leur induction par les autobronzants;Spectrochim Acta A Mol BiomolSpectrosc. 2008 mai; 69 (5): 1423-8.Epub 2007 Oct 10.
  • Petersen AB, Wulf HC , Gniadecki R , ;Ladihydroxyacétone, ingrédient brunissant actif dans les lotions de bronzage sans soleil, induit des dommages à l’ADN, un blocage du cycle cellulaire et une apoptose dans les kératinocytes HaCaT en culture; 2004 13 juin; 560 (2): 173-86.

 

 

vous aimerez aussi

Pin It on Pinterest

Share This